--> Comprendre les crises (51) L’incertitude
23 jui 2019
Comprendre les crises (51) L’incertitude

J’avais publié dans ce blog, le 24 décembre 2016,un article intitulé « Le bel avenir de la crise » qui était une mise en perspective de plusieurs travaux de chercheurs : Ceux de psychologie cognitive du professeur Barry Schwartz (Swarthmore College de Pennsylvanie), ceux sur le management de Gary Hamel et Coimbatore Krishnao Prahalad, publiés en 1994 dans leur ouvrage « La conquête du futur » et enfin ceux du philosophe italien Raffaele Simone, traitant de la « maladie » de nos démocraties occidentales construites sur des principes utopiques battus en brèche par des comportements sapant le « vivre ensemble », par un effacement des frontières entre information, fiction, passe-temps et publicité et par l’illusion que l’accès à une information quasi illimitée nous rend compétent, alors que, faute d’éducation, il y a de plus en plus d’incompétents incapables de faire de bon choix.
La situation est tout aussi calamiteuse qu’il y a trois ans. Jamais le monde n’a été aussi instable et turbulent. Plus que jamais, la question du climat interpelle et les réponses politiques à travers le monde sont toujours aussi désordonnées et inquiétantes avec la montée des populismes et des nationalismes malgré une mobilisation citoyenne active.
Le problème de fond est que de moins en moins d’individus sont capables de faire le tri entre illusions et réalité. Cela entretient les ferments de crises à répétition ayant pour caractéristique commune d’élargir le périmètre de leurs potentielles conséquences néfastes. Pour une amélioration, combien de détériorations ? Qui peut aujourd’hui prédire comment seront utilisées les potentialités de l’intelligence artificielle, des réseaux sociaux, des manipulations génétiques ? Pour ne citer que quelques-uns des champs qui concernent les rapports de l’homme à son environnement global.
La publication cette année 2019 en collection de poche de l’ouvrage de Marcus Du Sautoy « Ce que nous ne saurons jamais » est une bonne nouvelle car elle permettra d’élargir la réflexion sur la quantification de l’incertitude et surtout sur sa nécessaire acceptabilité.
Du Sautoy débute sa réflexion en rappelant l’histoire d’Henri Poincaré qui avait reçu en 1889 le prix de l’académie Suédoise pour sa démonstration mathématique de la stabilité du système solaire. Ses travaux n’étaient rien que la résolution des équations qui avaient résisté à Newton … Poincaré, nous dit Du Sautoy était parti du principe qu’un infime changement dans la position des planètes était acceptable dans la mesure où l’altération prévisible des orbites prévues ne pourrait être que mineure…Or, Poincaré n’apportait pas la preuve de cette supposition. Poincaré dut reconnaitre que sa supposition n’était pas démontrable et qu’un changement mineur, même infime pouvait conduire à des modifications très significatives d’orbites, « des petites différences dans les conditions initiales en provoquent de très grandes dans les phénomènes finaux » dut reconnaitre le mathématicien. Cela entraine l’impossibilité de prédiction. Cette reconnaissance est celle de la théorie du chaos.
J’invite également à lire les ouvrages du philosophe autrichien Ludwig Wittgenstein (mort en 1951) et auteur du génial Tractacus Logico philosophicus qui s’achève par « Sur ce dont on ne peut parler, il faut garder le silence » après avoir expliqué la distinction entre « dire » et « montrer »
C’est bien parce qu’aujourd’hui on parle plus de ce qui se montre et dont on ne peut rien dire avec certitude que nous nourrissons les crises qui nous conduisent inexorablement vers un effondrement qui sera d’autant plus rapide si nous persistons à mélanger réel et possible.

En savoir plus :
Le bel avenir de la crise
http://www.gerard-pardini.fr/spip.php?article86
Sur la théorie du chaos : Un article vulgarisateur de Philippe Etchecopar
http://www.aestq.org/sautquantique/telechargement/chaos.pdf
Ludwig Wittgenstein
Lire :
Tractatus logico-philosophicus disponible sur le site de l’université de Lausanne
https://www.unil.ch/files/live/sites/philo/files/shared/etudiants/5_wittgenstein.pdf
De la certitude disponible sur le site de Normale Sup
http://www.normalesup.org/~sage/Reflexions/Sciences/LWcertitude.pdf

Partager cet article