--> Comprendre les crises (82) Lire ou relire Raymond Aron : Dialectique de l’universalité
28 aoû 2022
Comprendre les crises (82) Lire ou relire Raymond Aron : Dialectique de l’universalité

Raymond Aron est mort il y a maintenant quarante ans et le constat qu’il livrait dès 1967 sur les désillusions du progrès est à lire car la grave période de crise que traverse le monde et plus particulièrement les démocraties occidentales montre la pertinence de son analyse.
Tout aujourd’hui semble nous éloigner d’une communauté humaine mondiale et même d’une plus restreinte qui serait limitée aux territoires classés dans la rubrique « occidentale ». Le conflit Ukrainien est malheureusement venu aggraver la situation et les espoirs portés par la construction européenne ont bien besoin d’être rapidement confortés si nous ne voulons pas la voir se déliter encore un peu plus.
Dans une analyse du texte d’Aron datant de 2012, la sociologue Marion Ledoux-Wlodarczyk, reconnaissait que si Aron avait raison d’être pessimiste sur l’émergence d’une communauté universelle, il fallait mettre de l’espoir dans la montée en puissance des dialogues permis par les réseaux de communication, dans le fait que l’effondrement des blocs avait rebattu les cartes et favorisé un monde multipolaire qui, même s’il est composé de nations aux intérêts divergents, trouve néanmoins un intérêt à des échanges stabilisés.
La crise qui se déroule nos yeux présente de multiples facettes, économiques, terroristes, migratoires, sociales…et montre la difficulté des États démocratiques à fonctionner dans un tel environnement en mixant la rationalité d’action de l’administration avec l’approche historique et politique portée par les gouvernants.
C’est ce mix qui était porteur de l’espoir d’émergence d’une communauté mondiale qui permettrait à l’humanité de « se réconcilier avec elle-même » pour reprendre les mots du philosophe Éric Weil utilisés dans son ouvrage Philosophie politique. L’homme est tout à fait capable de créer un monde humain, ce qui est le fondement de la démocratie mais encore faut-il qu’il apprenne à vouloir de manière raisonnable…
Raymond Aron dans sa conclusion des Désillusions du progrès écrivait il y a maintenant plus d’un demi-siècle : Les hommes n’ont jamais su l’histoire qu’ils faisaient, mais ils ne le savent pas davantage aujourd’hui. Il est bon de penser à l’avenir non de le croire à l’avance écrit. La prospective éclaire les limites de notre savoir autant que notre savoir lui-même. Il n’y a pas de techniciens capables de fabriquer les sociétés de demain ; l’humanité tout entière les créera dans une imprévisible diversité. La part de responsabilité de chacun semble dérisoire, mais si quelques-uns assumaient une responsabilité majeure, combien d’autres se sentiraient réduits à l’état d’objet, condamnés à l’amertume de la passivité… ? L’histoire demeure humaine, dramatique, donc à certains égards irrationnelle. Les idéologies aujourd’hui à la mode dénoncent tantôt l’irrationalité des guerres, des aventures spatiales, de la croissance à tout prix ou de la concurrence frénétique, tantôt la rationalisation inhumaine d’une existence désormais sans projet, sans utopie, sans transcendance. Par quel miracle la science et la technique, maudites par Rousseau, auraient-elles ramené les hommes à l’innocence, à la paix, à la chaleur des communautés étroites et closes dont les ethnologues croient percevoir la présence fugitive, à l’aube du néolithique ?

En savoir plus
Les désillusions du progrès ; Raymond Aron ; Calmann-Lévy pour l’édition de 1969 et collection Quarto Gallimard pour l’édition de 2005.
Lire un extrait :
https://www.liseuse-hachette.fr/file/29217?fullscreen=1&editeur=Calmann%20L%C3%A9vy#epubcfi(/6/8[p01] !/4/6/1:0)
Marion Ledoux-Wlodarczyk, « La dialectique de l’universalité aujourd’hui », Sociologie [En ligne], N°4, vol. 3 | 2012, mis en ligne le 14 février 2013.
URL : http://journals.openedition.org/sociologie/1536
Raymond Aron, l’héritage - Un monde en docs (20/10/2018)
Public Sénat
https://www.youtube.com/watch?v=JPC8KQTTX-0
Institut Éric Weil
https://institut-eric-weil.univ-lille.fr/

Partager cet article