--> Lire ou relire Thomas Hobbes
26 aoû 2012
Lire ou relire Thomas Hobbes

Hobbes fait partie des rares auteurs qui nous ont légué une œuvre pouvant être qualifiée de Fondation. Il est aujourd’hui, à mon sens, injustement oublié, parfois rejeté car il a été assimilé par certains comme le contempteur de la souveraineté absolue. En un mot, un dangereux liberticide !
L’œuvre d’Hobbes, et notamment son Léviathan, mérite mieux que de tels raccourcis. Léviathan est l’acte fondateur majeur de la morale d’Etat et de la république moderne. Rousseau, plus estimé qu’Hobbes, n’est pourtant que son héritier. En faisant « don » de la souveraineté au peuple, qu’il considère selon ses propres termes comme un « moi moral collectif », Rousseau a gagné la bataille médiatique. Pourtant, l’histoire nous a malheureusement apporté la démonstration que la dictature du peuple est tout autant critiquable que la souveraineté absolue d’un seul…
Une lecture attentive d’Hobbes fait tomber bien des idées reçues. Il fait reposer l’Etat, c’est-à-dire le souverain, sur l’autorisation des sujets. Hobbes, nous démontre que la souveraineté tire sa force de la multitude et qu’elle ne peut être que démocratique. Le détour par un souverain (le roi pour Hobbes) vient du fait que le peuple autorise une personne à le représenter. A partir de ce moment, le peuple transfère sa souveraineté. Cette approche le rend infréquentable mais à y réfléchir, le détour par la nation réalise le même transfert et dépossède la multitude. La nation est une fiction juridique qui permet le transfert de souveraineté et permet de faire fonctionner l’Etat. C’est d’ailleurs bien parce que de tels détours sont inévitables que l’Etat peut s’affaiblir. La montée des individualismes affaiblit aujourd’hui symétriquement le Léviathan… Si le pacte de confiance que chaque individu a consenti à l’Etat se délite alors c’est bien l’Etat lui-même qui s’affaiblit. Ce scénario se déroule sous nos yeux depuis une trentaine d’années. La démonstration d’Hobbes n’a pas faibli. La lecture du chapitre 29 de Léviathan « De ce qui affaiblit l’Etat ou tend à sa dissolution » ne peut qu’être conseillée. Hobbes nous y livre les clés de l’effondrement. Il en recense au moins six. Il nous explique par exemple que si l’on se contente parfois de moins de puissance qu’il n’est nécessaire d’en avoir pour assurer la paix et la défense de l’Etat cela engendre un délitement. Il nous dit aussi que, quand pour la sécurité publique, l’exercice de la puissance doit être repris après avoir été délaissé, il arrive que cela ressemble à une action injuste…ce qui conduit à la rébellion. Autre clé : L’Etat commence à être sérieusement malade quand chaque individu privé est juge de que sont une bonne action et une mauvaise….Autre enseignement d’Hobbes : le but de la souveraineté est d’assurer la paix et la sérénité, nous dirions aujourd’hui la sécurité et le bien être… tout le reste n’est que technique ….

LEVIATHAN ; Thomas Hobbes of Malmesbury. Publié à Londres par Andrew Crooke en 1651.
Une version française est accessible sur
http://classiques.uqac.ca/classiques/hobbes_thomas/leviathan/leviathan.html

Partager cet article