--> Grands principes constitutionnels - Institutions publiques françaises
03 avr 2014
Grands principes constitutionnels - Institutions publiques françaises

Cette seconde édition prend en compte les enseignements du quinquennat de Nicolas Sarkozy qui s’est achevé en mai 2012, mais aussi ceux tirés des élections locales intermédiaires et de l’élection législative organisée dans la foulée de l’élection présidentielle.
Jamais la République n’aura autant été au cœur du débat politique depuis les dix années écoulées. Elle a été invoquée comme un mythe protecteur en 2002, avec une élection présidentielle atypique qui s’est déroulée hors la présence du candidat socialiste, avec un second tour inédit avec l’extrême droite.
Cette invocation de la République est d’ailleurs assez régulière dans notre pays. Cette fois c’est une grave crise économique et financière qui est venue bouleverser notre rapport à l’Etat et à l’Europe. Les citoyens, déboussolés de voir l’Etat providence et l’Etat protecteur s’effriter sous leurs yeux et une classe politique défendre sans conviction un modèle essoufflé, sont tentés avec moins de retenue par les extrémismes. Le terrorisme et les hyper catastrophes sont également venues jeter le trouble dans notre vieux modèle. Les attentats de 2001 à New-York, ceux de 2004 et 2005 à Madrid et Londres, le meurtre de plusieurs dizaines de jeunes en Norvège par un extrémiste de droite en juillet 2011 et la catastrophe japonaise de Fukushima en mars de la même année sont tous des événements alimentant le débat sur la place et le rôle des États.
La crise économique et financière qui secoue depuis 2008 la quasi-totalité des pays industrialisés a révélé leur faiblesse vis-à-vis des déficits publics qui se sont inexorablement creusés depuis une vingtaine d’années. Les réponses à de tel défis ne peuvent être seulement incantatoires, comme par exemple encourager l’avènement d’une nouvelle République, la sixième, qui donnerait une nouvelle dimension aux principes de liberté, égalité et fraternité par l’inscription de nouveaux droits et libertés dans la constitution . Cette série d’évènements a plus que jamais montré la confusion qui règne dans les esprits sur les définitions de la République, de la Nation et de l’Etat. Cette confusion est souvent alimentée par l’indigence du débat politique face aux grands défis de l’humanité dont le nouveau siècle a montré la prégnance. Maintenir République, État et Nation au niveau du mythe, revient à une abdication du politique qui est toujours tenté par l’affirmation d’une idéologie qui transcenderait les difficultés. Cette posture est sans doute plus facile qu’un engagement résidant dans le déploiement continu d’une force de conviction démontrant l’utilité d’une culture et d’outils pragmatiques permettant de traiter des problèmes cruciaux de la société.
Cet ouvrage a été cité le 3 avril 2014 sur le site France TVinfo à l’occasion de la nomination du gouvernement de Manuel Valls.

http://www.francetvinfo.fr/politique/remaniement/gouvernement-valls/l-ordre-protocolaire-des-ministres-a-quoi-ca-sert_568373.html

Cet ouvrage est la mise à jour de la première édition publiée en 2009. Il est disponible depuis le 1er octobre 2012.
Il livre une vision originale de la constitution française à partir du ternaire républicain : liberté, égalité, fraternité. Cet ouvrage ne se veut pas un traité de droit constitutionnel mais plutôt un outil de travail utile aux étudiants, aux candidats aux concours administratifs et à tous ceux qui souhaitent une approche complète des institutions françaises.
ISBN : 978-2-296-07569-6
Le commander : http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=38283

Partager cet article