--> Modernité de Vittorio Alfieri
14 oct 2012
Modernité de Vittorio Alfieri

Vittorio Alfieri (1749-1803) est un auteur du siècle des Lumières ostracisé au 19éme siècle par tous ceux qui lui reprocheront sa rancœur envers la révolution française. Il est pourtant l’un des philosophes italiens le plus influencé par la France. Admirateur de Montaigne, dont les Essais ne le quittèrent jamais, il voyagea dans toute l’Europe et fut un fervent admirateur de la révolution américaine qu’il préféra finalement à la française. Effrayé par la dérive de la terreur il quittera la France pour Florence. Cette fuite le rendit infréquentable aux yeux de ses détracteurs français.
On retire de ses écrits que le luxe, le commerce et ses richesses corrompent la « vraie liberté ». Il était persuadé que la lutte pour défendre en permanence la liberté devait primer sur toute autre considération et que toute la difficulté résiderait à maintenir un niveau de vertu suffisant. La république primitive romaine sombra dans la corruption, véritable gangrène de l’amour pour la patrie. Cette analyse se retrouve dans plusieurs ouvrages comme par exemple Le Prince et les Lettres et De la Tyrannie.


Ce dernier mérite une lecture actuelle car sa définition de la tyrannie peut se transposer au XXI siècle : Le nom de tyran, puisqu’il est désormais parmi les plus odieux, doit être attribué uniquement à ceux (princes ou simples citoyens) qui ont, quelle que soit la façon dont ils l’ont obtenue, la faculté illimitée de nuire ; et même s’ils n’en abusaient point, leur charge est en soi si parfaitement absurde et contre nature, qu’aucun nom, aussi odieux et infamant soit-il, ne saurait les rendre assez détestables. Dans le chapitre 11 de son traité, il nous livre une clé de compréhension intemporelle : Le moyen le plus sûr et le plus simple de vivre longtemps et en toute sécurité dans une tyrannie est d’y vivre sans âme….
La difficulté de notre époque est que chacun d’entre nous est un tyran en puissance ou un tyran assumé. Les moyens de communication et les instruments économiques dont nous disposons sont tellement puissants que leur régulation peut apparaitre antidémocratique et que notre amour pour la patrie se résume le plus souvent à un amour égoïste de nous-même faute de disposer d’un autre rêve suffisamment puissant à partager.

En savoir plus sur l’œuvre d’Alfieri :
http://laboratoireitalien.revues.org/549
De la Tyrannie a été publié en 1992
aux Éditions ALLIA
ISBN/ 2 904 235 38 8
L’ouvrage a été écrit en 1777 et publié clandestinement en 1789.

Partager cet article