--> Comprendre les crises (18) Lire ou relire Edgar Morin
11 oct 2014
Comprendre les crises (18) Lire ou relire Edgar Morin

La crise des fondements de l’éthique
La Méthode, œuvre majeure d’Edgar Morin publiée en six tomes a pour fil conducteur la déclinaison d’une méthode de connaissance intégrant « la complexité du réel, reconnaissant l’existence des êtres et approchant le mystère des choses ». Cette définition synthétique, proposée par l’auteur, a l’immense mérite de nous ouvrir à un décryptage du réel.
Ce décryptage passe par la prise en compte du facteur éthique dans le traitement d’une crise, de quelque nature soit-elle. Ce facteur sera aggravant ou minorant selon le degré d’intégration à la prise de décision qu’en feront les décideurs.
Edgar Morin, dans le tome 6 de La Méthode traite de cette question cruciale. Il la décompose en huit facteurs qui expliquent la production de la crise mais aussi le fait que chacun d’entre eux est crisogène.
Il liste ainsi : la détérioration du tissu social, l’affaiblissement dans les esprits de la prégnance de la loi collective, la dégradation des solidarités, la fragmentation des organisations qui entraine la dissolution de la responsabilité, l’affaiblissement de la réalité sociale par rapport à l’individu, le sur-dimensionnement de l’égocentrisme au détriment de principes altruistes, la déconstruction du lien entre individu, espèce et société et enfin la chute de la morale. Edgar Morin emploie le terme « de-moralisation » conséquence de la massification de la vie en société, du déferlement médiatique et de la survalorisation de la place de l’argent.

Le paradoxe est que ce constat est connu, perçu et qu’il génère même un besoin d’éthique. Mais malheureusement ce « besoin d’éthique » est pour l’instant individualisé. On exige de chaque individu un comportement éthique mais en en l’isolant ainsi à chaque personne, l’éthique n’a plus de fondement suffisant pour s’imposer à la société comme règle de vie. Il est insuffisant que chaque individu ait un comportement éthique. Encore faut-il qu’existe, suffisamment puissante, ce que Morin appelle « une boucle individu- espèce- société » suffisamment puissante.
Le vrai danger auquel nous sommes confrontés est que de plus en plus de citoyens et de décideurs pensent « faire leur devoir » mais en ignorant quel est ce devoir.

En savoir plus
L’analyse du besoin d’éthique est indispensable à la compréhension du mécanisme des crises
Lien avec le Centre Edgar Morin pour écouter cinq conférences
http://www.iiac.cnrs.fr/CentreEdgarMorin/spip.php?rubrique3

Partager cet article